Fédération de Haute-Corse

Fédération de Haute-Corse
Accueil
 
 
 
 

Question orale de Josette Risterucci

Elu(e)s Communistes et Citoyens du Front de Gauche   Monsieur le Président,   Le 28 octobre 2010, suite à une motion déposée par notre groupe, notre Assemblée votait à l’unanimité pour la création, dans notre région, d’un observatoire des violences faites aux femmes. Malheureusement, l’actualité nous rappelle tout au long de l’année que ces violences sont des réalités quotidiennes, auxquelles il faut ajouter tous les actes non déclarés de violences conjugales ou autres, dont les femmes et les jeunes filles n’osent parler par peur et par honte. L’Observatoire ne doit pas être un effet d’annonce brandi au moment où des faits tragiques viennent de se dérouler, méthode dont le Gouvernement use encore et encore. Il s’agit là d’un outil qui a déjà prouvé son efficacité dans d’autres territoires. Sa mise en place servira réellement la cause des femmes et aidera à la prévention des actes violents à leur encontre. Il s’insert de plus dans les objectifs que s’est fixés la Commission « Violences ». C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous vous interrogeons, un an après le vote à l’unanimité de la motion demandant sa création, quelle est l’avancée de ce projet ? Je vous remercie.    Réponse de Maria Guidicelli   Madame la Conseillère, Comme vous le rappelez justement le 28 octobre 2010 notre Assemblée a acté par délibération n°10/192 AC qu’elle demandait la création d’un « observatoire régional des violences envers les femmes, de l’égalité et de la parité » qui permettrait la mise en commun des compétences et serait un outil de centralisation des actions de prévention, de réflexion, d’échanges et de propositions. Un tel outil est d’autant plus indispensable dans le contexte actuel où justement ce type de violences est en augmentation et concerne, je tiens à le dire, tous les milieux sociaux. Tout d’abord, il convient de souligner que cette grande cause nationale, doit mobiliser l’ensemble du secteur associatif mais également les responsables politiques que nous sommes. Il est donc nécessaire de poursuivre et de renforcer les politiques publiques et les moyens dédiés pour la prévention et l’accompagnement des femmes ainsi que le soutien aux associations engagées dans la lutte contre ces violences, en particulier celles qui accompagnent les femmes sur l’ensemble du territoire français. L’Observatoire des violences envers les femmes a pour vocation de favoriser le travail en commun de tous les partenaires et de rendre visible le phénomène des violences faites aux femmes afin de mieux les faire reculer. Cet outil à la fois espace d’échanges et de réflexion, est un outil d’analyse et de recensement et un vecteur de communication et d’information. En Corse, ce sont les CIDFF, Centres d’Information sur le Droit des Femmes et des Familles, de Corse du Sud et de Haute-Corse qui sont les référents violence et gèrent le numéro d’appel, le 39 19, dans le cadre des violences faites aux femmes. Ils apportent aussi une information juridique, assurent un accompagnement global aux femmes ayant subi des violences dans leurs démarches ainsi qu’à leurs enfants, animent des groupes de paroles et mènent également des actions de prévention. Les CIDFF sont ainsi le point d’entrée des demandes de femmes victimes de violence et semblent pouvoir être la cheville ouvrière d’un observatoire des violences faites aux femmes. La création en Corse de cet observatoire nécessite une étude particulière. Le travail de ces derniers mois a consisté à se rapprocher d’autres territoires comme l’Ile de France qui a réalisé en la matière un travail important et qui pourrait, en fonction de nos besoins et de nos moyens être adapté à la Corse. Néanmoins, une large concertation est à engager dans les meilleurs délais avec les acteurs locaux dont font partie le CIDFF de Haute-Corse et de Corse du Sud. A ce titre, nous allons, dans les mois qui viennent, organiser avec toutes les associations des réunions de travail qui nous permettront de fixer le cadre de travail de cet observatoire. J’ajoute que La commission « Violences », s’est donnée pour mission d’étudier en profondeur les phénomènes de la violence en Corse sous tous ses aspects afin de définir un programme concerté d’études et d’actions concrètes de lutte et prévention de toutes formes de violence. Les conclusions de cette commission nous aideront également à mieux définir les missions de notre futur observatoire. Tout ceci nous amènera à vous présenter le cadre d’intervention de l’observatoire dans le courant du premier trimestre 2012. Je vous remercie.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
Bienvenue sur le site de la Fédération du Parti Communiste Francais de Haute Corse
Bienvenue sur le site de la Fédération du Parti Communiste Francais de Haute Corse